Le sort des centres d'éducation populaire de Montréal

30 mars 2015


Un texte d'Anne Marie Lecomte

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) réclame l'aide financière de Québec pour maintenir en vie les six centres d'éducation populaire de la métropole. Le temps presse. Le 31 mai prochain, les baux qui unissent ces institutions vieilles de plus de 40 ans à la CSDM arriveront à échéance.

« Il y a des centres qui craignent carrément d'être mis à la porte », explique Benoît Lord, directeur général des Ateliers d'éducation populaire du Plateau, qui qualifie de « partie de ping-pong » ce qui se joue entre le ministère de l'Éducation et la CSDM. « Et nous sommes entre les deux », soupire-t-il.

La présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, rencontre le 1er avril prochain le ministre de l'Éducation du Québec, François Blais. Le dossier des centres d'éducation populaire figure à son ordre du jour.

« Nous demandons au gouvernement du Québec une enveloppe budgétaire spéciale qui nous permettrait d'offrir aux Centres d'éducation populaire soit des baux de trois ans, soit des baux emphytéotiques », explique Mme Harel-Bourdon.

Pour en savoir plus: http://m.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/03/27/005-education-populaire-csdm-harel-bourdon-blais-quebec.shtml